Votre panier contient article(s) pour un total de

Vider Commander

Une association  

qui se consacre au patrimoine  

matériel et immatériel augeron

 »

Troarn, Abbaye Saint-Martin

Façade est du bâtiment des hôtes

Façade est du bâtiment des hôtes

Traces d'arrachement de l'aile sud du cloître et vestiges de maçonneries en arrêtes de poisson.

Détail des baies du deuxième étage de la façade ouest

Détail des baies du deuxième étage de la façade ouest

Les tympans sont percés de polylobes à cinq feuilles.

Façade Ouest du bâtiment des hôtes

Façade Ouest du bâtiment des hôtes

Ce qui semble être le rez-de-chaussée est en fait le 1er étage.

Vue d'ensemble de l'intérieur du bâtiment des hôtes

Vue d'ensemble de l'intérieur du bâtiment des hôtes

Localisation des vestiges de l'abbaye (en noir)

Localisation des vestiges de l'abbaye (en noir)

 Fondée en 1059 par Roger II de Montgomery, vicomte d’Hiémois et comte de Shrewsbury, l’abbaye de Troarn, était un vaste ensemble architectural, comprenant l’église gothique, les bâtiments conventuels et administratifs (salle capitulaire, cloître, réfectoire, dortoir, cellier, cuisines, chauffoir, infirmerie…) entourés de jardins et les bâtiments à usage économique et agricole, granges, celliers, pressoirs, écuries, bergeries et poulaillers…

L’abbaye connut son apogée du XIe au XIVe, avec 44 moines. Elle était la plus riche du diocèse de Bayeux après Saint-Etienne de Caen « de quelque côté que le vent vente, Troarn a rente. » L’abbaye tirait ses ressources des dimes, dons, aumônes et profits des marais, des moulins, des pêcheries, des foires, du marché, des halles…

A la fin du XVe, l’abbaye, mise en commende, décline. Assiégée par les anglais pendant la guerre de cent ans, elle est pillée, brûlée, puis saccagée par les protestants en 1562 pendant les guerres de religion. Dévastée, elle fut réparée au XVIIe et XVIIIe et agrandie d’un logement pour le prieur, d’une grange et d’un pressoir.

En 1786 l’abbaye est démembrée, puis vendue comme bien national en 1792, et utilisée pour empierrer la route entre Troarn et Saint-Samson.

 Les bâtiments agricoles encore visibles sur les cartes postales du début du XXe ont tous disparu et il ne reste plus que l’infirmerie devenue maison d’habitation et le magnifique bâtiment qui abritait la cuisine, des appartements et la bibliothèque.

L’aumônerie se trouve maintenant à l‘entrée du bourg et la porte de l’abbaye à l’entrée de Barneville la Campagne.

 

Pascale Louvet, « Une brève histoire de l’abbaye Saint-Martin de Troarn (1059-1786) », Le Pays d’Auge, 68e année, numéro 3, mai-juin 2018, pp 5-11

Jérôme Beaunay, « L'abbaye de Troarn aujourd'hui », Le Pays d’Auge, 68e année, numéro 3, mai-juin 2018, pp 12-18


Participez au wiki en devenant membre.

  • Dernière mise à jour : 29/08/2018