Votre panier contient article(s) pour un total de

Vider Commander

Une association  

qui se consacre au patrimoine  

matériel et immatériel augeron

 »

Saint-Ouen-le-Pin, Abbaye du Val-Richer

 

 

Site cistercien, l’abbaye du Val Richer connut ses heures de gloire sous l’abbatiat de Dom Dominique Georges (1613 – 1693), abbé du Val Richer de 1652 à sa mort.

 

Dominique Georges

Né en 1613, à Cutry près de Longwy, Dominique Georges fut nommé très jeune curé de Circourt, près de Toul. Il entra, par la suite, au séminaire de Saint-Nicolas du Chardonnet. Il en forma les prieurs écclésiastiques.

Il voyage jusqu’à Genève en 1646. L’année suivante il est nommé à la cure du Pré d’Auge, près de Lisieux. Il comprend qu’il faut éduquer le peuple par l’exemple donné par le clergé qu’il faut, lui aussi, éduquer.

Dans cette perspective, il crée les conférences ecclésiastiques en 1650.

Au Val Richer, l’abbé d’alors, convaincu de la personnalité de Dominique Georges, et prenant conscience qu’il fallait établir la réforme au Val Richer et ressusciter l’esprit de saint Bernard, persuade D. Georges de devenir, après formation, abbé du Val Richer.

En 1652, Dominique Georges est nommé abbé du Val Richer.

Il réussit, à force de persuasion et de travail, à restaurer la grandeur de l’abbaye. Son aura intellectuel et spirituel le conduit à Rome en 1664 pour des négociations avec la Papauté pour la Réforme Générale des couvents, voulue par Louis XIV.

En 1666, de retour au Val Richer, il entreprend différents travaux à la ferme, au clocher et enrichit la bibliothèque du couvent.

Il y meurt en 1693.

 

En 1791, les moines furent chassés de l’abbaye, le cloître et l’église abbatiale détruits.

 

Des oeuvres du Val Richer sont dispersées dans les églises du Pays d’Auge

On trouve des statues du Val-Richer  dans l’église Saint-Ouen de St-Ouen le Pin (Education de la Vierge, les deux antependia des autels latéraux ), dans l’église de St-Aubin sur –Algot. Les stalles de l'église Saint-Jacques de Lisieux proviennent de cette abbaye. Elles sont arrivées soit après la Révolution soit par un don de François Guizot. Parmi les trois cloches que renferme le clocher de l'église St-Julien et Ste-Anne de St-Julien sur Calonne, l'une d'entre elles provient de l'abbaye du Val-Richer. Elle porte le nom de Louise selon l'inscription relevée par A. de Caumont :

L'an 1759 iay été bénite par le R.P. D. Etienne Boudin, prieur de Notre-Dame du Val Richer et nommée Louise Gabrielle Jeanne par Messire Pierre Claude Hebret de Manerbe, ecuyer seigneur châtelin de Manerbe et autres lieux et par noble dame Louise Gabrielle Jeanne Filleul des Chesnets épouse de Messire Jean Baptiste Pierre Labbey chevallier seigneur et patron honoraire de la Boissière et de la Rocque Baignard seigneur haut justicier et aussi patron honoraire de Crocy et du marais conseiller au parlement de Rouen.

Dans cette même église, se trouverait, en provenance de l'abbaye du Val-Richer, un ensemble de vêtements liturgiques du XVIIIème siècle.

 Il semblerait que le maître-autel avec son antependium de l'église Saint-Roch de Montreuil-en-Auge provienne du transept de l'église duVal-Richer, ainsi que le tableau de la Lactation de saint Bernard (2ème moitié du XVIIè s.). De même provenance et dans la même église, on dénombre un ornemebt religieux blanc (chasuble, étole, manipule, voile de calice (XVIIIème s.),  un confessionnal (bois, 1707), des stalles et  une chaire à prêcher.

François Guizot

Quarante cinq ans plus tard, François Guizot, député de Lisieux, achète les restes de l’abbaye en 1836 pour avoir un pied dans le pays dont il était le député. Cependant, il fut aussi sensible aux souvenirs des personnalités qui passèrent au Val Richer. Il écrit dans ses Mémoires : De tels souvenirs ne pouvaient être indifférents à un historien devenu propriétaire en Normandie et ils donnèrent pour moi, à mon établissement au Val Richer, un petit charme de plus

 Le Val Richer aux Archives départementales du Calvados

Les Archives départementales viennent de faire paraître un ouvrage consacré au canton de Cambremer (2013). Dans certaines pages (p. 6-7), il est fait mention de l'abbaye du Val Richer.

La terre du Val Richer relevait de l'exemption de Cambremer dans un territoire relevant généralement du diocèse de Lisieux. "Vers 1146, l'éveque de Bayeux, Philippe de Harcourt, donne aux moines cisterciens de Mortemer la terre du Val Richer qu'ils transmettent peu après à d'autres cisterciens établis à Souleuvre, près de Vire. Cette fondation lui permit certainement de réaffirmer son autorité alors menacé par les velléités seigneuriales, en particulier celles d'Hugues et Guillaume de Crèvecoeur. On sait malheureusement peu de choses sur l'organisation de cette communauté : le chartrier de l'abbaye fut brûlé par les révolutionnaires en 1793".

Les Archives départementales du Calvados conservent la charte scellée du sceau de l'abbaye du Val Richer, datée de 1186. "Il s'agit d'un accord passé entre les abbés de Saint-Pierre-sur-Dives et du Val Richer sur un échange de domaines : l'abbé de Saint-Pierre-sur-Dives cède la paroisse de Saint-Ouen-le-Pin ("Le Payen") à l'abbé du Val Richer qui lui cède en échange des revenus, en dîmes et en hommes, et un pré situé à Morières (Vendeuvre). H. 7079".

 

 

Bibliographie :

Numéro spécial de la revue « Le Pays d’Auge » consacré à Dom Dominique Georges et l’abbaye du Val-Richer, mars 1994.

Vie de Dominique Georges dans Revue « Le Pays d’Auge », Mars 1994, p.14.

Arcisse de Caumont, Statistique monumentale du Calvados, Arrondissements de Pont l'Evêque et de Falaise, 1967, p. 367.

Site internet consacré à François Guizot.

Elisabeth Richard, Un éclairage nouveau sur Dom Georges, abbé du Val Richer dans la revue Le Pays d'Auge, décembre 1998.

Catherine COSTE : Les lettres de François Guizot à Aline de Meulan dans la revue Le Pays d'Auge, octobre 1999.

Pays de Cambremer - II - Le patrimoine religieux / Inventaire général du patrimoine cultuel, Région Basse-Normandie. réd. Emmanuel Luis ; photogr. Patrick Merret, Pascal Corbierre et alii ; cartog. Guillaume Déal. CXabourg : Cahiers du Temps, 2009.

Le Canton de Cambremer, publication de la Direction des Archives du Calvados sous la direction de Julie Deslondes, 96 p., 2013.

 


Participez au wiki en devenant membre.

  • Modérateurs : Jean Bergeret,
  • Dernière mise à jour : 06/02/2014