Votre panier contient article(s) pour un total de

Vider Commander

Une association  

qui se consacre au patrimoine  

matériel et immatériel augeron

 »

Saint-Aubin-de-Bonneval. Eglise Saint-Aubin

Plan de l'église de Saint-Aubin-de-Bonneval

Plan de l'église de Saint-Aubin-de-Bonneval

La commune est citée en 1211 sous le nom de Bona Vallis. L’église sous le patronage de l’abbaye de Saint-André-en-Gouffern, est inscrite aux Monuments Historiques.

Extérieur

L’édifice de vaste proportion fut construit au début du XIIIe siècle. De l'origine médiévale, il reste des frises d'arcatures sous modillons (mur nord et mur sud) et la porte latérale nord comprenant deux archivoltes ogivales superposées. A la fin du XVe siècle, de grandes baies moulurées furent percées et un clocher-porche sur base à colombage fut ajouté au pignon occidental de la nef. Au XVIIIe ou XIXe siècle, de larges baies cintrées en briques et en pierres remplacent les baies précédentes, plus étroites. Au XIXe siècle, de gros aménagements intérieurs sont faits dans l’église : le mur pignon séparant la nef du porche fut détruit, la voûte du choeur fut reconstruite en plâtre. Le clocher a été refait en 1959.

Intérieur

Maître-autel et autels latéraux avec leur retable

Le retable du maître-autel (1), tripartite, en bois peint et doré date du XVIIe siècle. La partie centrale se compose d’une Assomption, encadrée par des chutes de fleurs, copie inversée du XIXe siècle, du tableau de Jean-François de Troy. Quatre colonnes torses aux chapiteaux corinthiens séparent les trois parties du retable. Les ailes abritent des statues en bois peint des deux patrons de la paroisse représentés en évêques : au nord, saint Aubin, au sud, saint Gratien. Au couronnement, une niche à fronton coupé présente une statue de la Trinité. Sur les corniches latérales, deux anges adorateurs, tenant des palmes, sont assis sur les départs de volutes. Le tabernacle semi-hexagonal à ailes est composé de cinq statuettes dorées: au centre le Christ, entouré des quatre évangélistes, séparées par des colonnettes torses composites. Le devant d'autel rectangulaire est décoré d'un agneau couché sur le livre aux sept sceaux, dans un cadre à fond rouge, aux angles abattus. Au niveau du tabernacle et de l'autel, les piédestaux sont décorés de motifs variés et de cartouches. Les autels latéraux sont également du XVIIe siècle. Ils sont composés de colonnes torses ornées d’escargots, d’oiseaux, de pampres. Le fronton coupé est bordé par des volutes où siègent des anges. L’autel nord, dédié à la Vierge (8), est orné d’un tableau de la Vierge accompagnée d’anges. Deux statues encadrent l’autel, une de sainte Barbe et une Vierge à l’Enfant polychrome qui daterait du XVe siècle (classée aux Monuments Historiques). L’autel sud est dédié aux saints protecteurs saint Clair, saint Roch, saint Sébastien (9), au centre, une toile du XVIIIe siècle, de saint Clair. Deux statues encadrent l’autel, une de saint Clair, et une de saint Vincent.

Sculptures et peintures

Dans le choeur, entourant le retable, une statue du XIXe siècle, du Sacré-Coeur (2) au nord, et côté sud, une statue de saint Joseph à l’Enfant (3). Un Christ en croix (7), du XVe siècle, est placé entre la nef et le choeur. Dans la nef, côté sud, une statuette en bois (11) datant du XVIe siècle, représentant saint Vincent en diacre, tenant trois épées et un livre. Au nord, un groupe statuaire du XVIIe siècle, de saint Michel terrassant le dragon (15). Surmontant la façade occidentale une poutre de gloire (17) du XVIIe siècle, présentant le Christ accompagné de Marie-Madeleine. En bas de la nef, des panneaux de bois peints du XVIIe siècle, dont les scènes sont abimées, avec au nord, Le Baptême du Christ (19), et au sud, la Fuite en Egypte (22). Dans le choeur, deux tableaux du XVIIe siècle: au nord, le Jugement de Salomon (6), d’après le tableau de Rubens, et côté sud, Le massacre des Innocents (5).

Décor architectural

Vitraux

Dans la nef, deux vitraux du XIXe siècle, de l’artiste verrier Duhamel-Marette: au nord, le Baptême du Christ (18), et au sud, la Résurrection de Lazare (16).

Autre

La nef est décorée de pilastres et de voûtes de lambris peints.

Bibliographie:

Aubert J., Les églises de l’Orne et leurs oeuvres d’art, Lyon, 1977. Bases Mérimée et Palissy Pellerin E.
Retables en Pays d’Auge, Eure et Orne, Bayeux, 2013.


Participez au wiki en devenant membre.

  • Dernière mise à jour : 11/09/2019