Votre panier contient article(s) pour un total de

Vider Commander

Une association  

qui se consacre au patrimoine  

matériel et immatériel augeron

 »

Le Mesnil-Durand. Eglise Saint-André

Plan de l'église du Mesnil-Durand

Plan de l'église du Mesnil-Durand

La commune tire son nom du mot mesnil, qui signifie « domaine » en vieux français, associé au patronyme Durand.

Extérieur

L’église date de deux époques distinctes : la fin du XIIIe siècle pour la construction de la nef, et l’époque romane pour le chœur. Ce dernier, moins large que la nef, est percé de deux fenêtres (probablement aux XVe-XVIe siècles), de façon symétrique. Du côté sud du chœur, on peut observer un portail orné d’une archivolte en zigzags et de colonnettes sculptées, également du XIIe siècle. Deux contreforts plats soutiennent chaque mur latéral. A l’intérieur de l’église, le chœur est voûté tandis que le plafond de la nef est plat, orné de moulures en bois en forme de croix.

Intérieur

Maître-autel et autels latéraux

avec leur retable Le tabernacle (5) situé contre le chevet de l’église, provient d’un ensemble exécuté au XIXe siècle par un artiste rouennais, qui comprend également le maître-autel et la gloire en haut-relief. Il est orné dans sa partie centrale d’une représentation du Christ en Bon Pasteur, reconnaissable à la brebis qu’il porte sur ses épaules. Des chutes de fleurs et de feuillages ornent les parties latérales. L’ensemble est surmonté de pots à feu qui encadrent les initiales du Christ « I. H. S », couronnées par une croix. Le fronton et la partie basse sont décorés de têtes de chérubins. Le mur du chevet est orné dans sa hauteur d’une gloire (1) d’où surgit un ange tenant dans ses mains les cœurs du Christ et de la Vierge. Deux statues en bois encadrent le tabernacle : au nord, saint André (3), patron de la paroisse et au sud, saint Sébastien (4). Le maître-autel à talon (6), en bois, est orné en son centre d’une gloire. Il a été détaché du tabernacle et avancé dans le chœur, pour s’adapter aux nouveaux préceptes du culte. A la place habituelle des autels latéraux ne restent que les statues au nord, de la Vierge (10), et au sud, du Christ (12). Elles sont posées sur un socle décoré dans sa partie basse d’une tête de chérubin et de fleurs. Les statues sont entourées par deux piliers en bois couronnés de pots à feu, eux-mêmes encadrés par des colonnes cannelées et terminées par des lumières.

Sculptures et Peintures

Dans le chœur, deux statues en pierre : une de Vierge à l’Enfant (7), côté nord, et celle d’un évêque (9), côté sud. Les statues de la nef sont toutes en bois, certaines proposant des représentations originales, comme celle située côté nord, présentant Jeanne d’Arc sur le bûcher (15) ; ou bien celle côté sud, de sainte Thérèse (16) qui lève les mains et penche sa tête sur le côté. Vers l’entrée de l’église, au dessus du confessionnal se trouve une statue en bois d’une sainte (21). Dans la nef, deux tableaux : une représentation de la Sainte Famille (19), située au dessus du portail d’entrée, et un Christ sur la Croix (17), côté nord à l’extrémité de la nef. Tous deux sont du XIXe siècle.

Autre

Dans le chœur, deux reliquaires (2) accompagnés de leurs diplômes, qui seraient attribués à saint André et saint Sébastien, accompagnant ainsi les deux statues du chevet. A l’entrée du chœur, une lampe en forme d’oiseau plutôt originale (8) . La chaire paraît dater du XIXe siècle.

Bibliographie :

Le patrimoine des communes du Calvados, Flohic, 2001. de Caumont A.
Statistique monumentale du Calvados, 1867, éd. 1967. Pellerin H.
« L’architecture romane en Pays d’Auge, Eglise du Mesnil-Durand », Le Pays d’Auge, avril 1971, n°4, p.18-20. Pougheol J.
Répertoire des autels et retables du Calvados, 1973. Bases Mérimée et Palissy


Participez au wiki en devenant membre.

  • Dernière mise à jour : 18/07/2019