Votre panier contient article(s) pour un total de

Vider Commander

Une association  

qui se consacre au patrimoine  

matériel et immatériel augeron

 »

Cordebugle église Saint-Pierre

Plan de l'église de Cordebugle

Plan de l'église de Cordebugle

Extérieur de l'église Saint-Pierre

Extérieur de l'église Saint-Pierre

La première mention de « Cuer-de-Bugle » (cornes de jeune bœuf), ancien fief de la vicomté d’Orbec, date de 1158. En 1826, le village de Saint-Pierre-des-Bois a été rattaché au village voisin de Courtonnel et a pris le nom de Cordebugle. 

Extérieur

L’église est inscrite aux Monuments Historiques. Construite en poudingue et en pierre, elle date du XIIeesiècle pour ses éléments les plus anciens. Le chœur et la tour, sont du XVIee siècle ainsi que la nef, le pignon occidental et la couverture pyramidale de la tour. La façade est bordée de deux contreforts à double glacis, et présente un portail lui-même flanqué de deux petits contreforts à pinacle. La porte à deux battants est à « plis de serviette ».

Intérieur

Maître-autel et autels latéraux avec leur retable

.Le retable du maître-autel (1), du milieu du XVIIee siècle, est tripartite, en bois sculpté, polychromé et doré. Il est scandé par quatre colonnes corinthiennes en faux marbre cannelées et rudentées. Au centre, une toile représente l’Assomption de la Vierge. Elle est encadrée au nord par la statue de saint Pierre, patron de la paroisse, avec sa clé, et au sud par la statue de saint Fiacre, moine irlandais du VIIe,e siècle venu en Gaule, patron des jardiniers, tenant une bêche et un chapelet dans une main, un livre relié dans l’autre. De part et d’autre du retable, au même niveau, on trouve au nord une statue de saint Maur (abbé du VIee siècle, disciple de saint Benoît) et au sud une statue de saint Lubin (évêque de Chartres au VIee siècle) sur un fond peint étoilé.

Au couronnement, sur un fronton coupé, deux anges vus de face, porteurs de palmes, encadrent une niche dans laquelle une statue de saint Paul, barbu, est posée sur la tête d’un chérubin. La niche est surmontée d’une corbeille de fleurs et deux pommes de pin. En haut et de chaque côté de la niche un fond de draperies peintes vient parfaire la mise en scène de l’ensemble. Le maître-autel est orné d’un antependium du début du XVIIIe siècle, inscrit comme objet aux Monuments Historiques, en paille colorée et broderies représentant un cœur au milieu de rinceaux de fleurs. Il est bordé de piédroits avec chérubins et chutes de fleurs. Le tabernacle est à double étage avec sur la porte inférieure, l’Agneau debout avec la croix, sur la porte supérieure, le Christ Rédempteur, et sur les côtés les statuettes des Evangélistes, saint Marc et saint Matthieu.

Sur le tabernacle est posée une Exposition en forme de tiare décorée de sarments de vigne. Les autels latéraux, sont ornés de colonnes corinthiennes, de frontons coupés portant des anges, de tympans superposés avec chérubins, cartouches, enroulements, chutes de fruits et cornes d’abon­dance. Les autels latéraux sont dédiés au nord, à la Vierge (5) et au sud, à saint Joseph (6).

Sculptures

Dans le choeur, à proximité du retable, côté nord, une statue de sainte Agathe (2) qui pourrait dater du XVIIe siècle. Côté sud, une statue d’un ange qui semble être de la même facture (3). A la limite entre le choeur et la nef, une poutre de gloire avec les statues du Christ, de la Vierge et de saint Jean (4). Dans le nef, deux statues du XXe siècle, une de sainte Thérèse (8) au nord, et une de la Vierge (9), au sud.

Autre mobilier

A voir également, la chaire (7), le confessionnal (10), les fonts baptismaux (11).

Texte et photos: Marie Landemaine juin 2013

Bibliographie:

Pellerin E., Retables en Pays d’Auge, OREP, 2007
Pougheol J., Répertoire des autels et retables du Calvados, Art de Basse Normandie, 1973.
Le patrimoine des communes du Calvados, Flohic 2001.


Participez au wiki en devenant membre.

  • Dernière mise à jour : 14/03/2019